TU ME MANQUES. Toi, monsieur, oui toi, tu me manques. Tu te cachais dans l’ombre. J’aimais ressentir votre trac, vous aviez le trac, allez ne mens pas, vous aviez le trac parce que vous vous imaginiez le trac que j’avais, vous vous disiez comment va t-elle faire avec le trac qu’elle a, alors vous aviez le trac pour moi, c’était beau non ? Où en sommes nous de notre relation ? Point mort. C’est pourquoi je t’écris. Et à vous aussi, mademoiselle, vous, l’étudiante, oui, vous me manquez. Grave. Et toi l’enfant. Vos visages irradiés par la fable, un astre tendu vers nous. Je pense souvent à vous seuls dans vos chambres, nous seuls dans nos boites noires à répéter dans le vide, quelque chose cloche, sonne creux. Qu’est ce que nous allons faire ensemble après tout ça ? Bâtir des rêves inlassablement ? oui et saisir l’iris dans ton œil, le battement dans ton cœur, le rire dans ta gorge ? oui.

Actualités

CROCODILES

Du 19 au 22 mai
Théâtre de Privas, Scène conventionnée (07)

3 et 4 juin
La Nacelle, Aubergenville (78)

11 juin
Centre culturel La Ricamarie (42)

***